Le lundi 27 février 2017

Vous êtes ici : Ville attractive / Pour la découvrir / Histoire

Histoire

Voici un résumé de l'histoire de Matane, qui vous permettra de mieux comprendre qui nous sommes, aujourd'hui!

Une histoire d'amour avec la mer...

Vieux port.jpgPhoto d'archive: Victor Sirois
Pays de brumes, de soleil et de visions, Matane est avant tout un pays de mer dont le « havre de barre de basse mer », comme le décrivait Champlain, est à l'origine même de son développement économique. Dès 1506, marins et pêcheurs de Saint-Malo, de Dieppe, de Honfleur, de Rouen et de La Rochelle fréquentaient la côte gaspésienne. Dès le début de XVIIe siècle jusqu'à 1616, les marchands de La Rochelle font la traite des fourrures à Matane. Ils sont alors les premiers européens à y passer l'hiver.

En 1677, le Roi de France accorde la Seigneurie de Matane au Sieur Mathieu D'Amours de Chauffours. À partir de 1781, sous le régime anglais, les seigneurs Donald McKinnon, Simon Fraser, Jane McCallum et Dugald Fraser lui succèdent jusqu'en 1854. Pendant la même période, les activités de cabotage entre Matane, Gaspé et Québec s'intensifient.

Pêcheurs de moruesPhoto d'archive: Gilles Gagné, Voix Gaspésienne
Puis, dans la dernière moitié du XIXe siècle on fabrique à Matane des rouleaux, fuseaux et bobines de bois qu'on exporte en Europe.  L'avènement du XXe siècle confère à Matane les attributs de la modernité industrielle avec la mise en service du chemin de fer et la construction d'un véritable port de mer dans l'estuaire de la rivière.

La draguePhoto d'archive: Gilles Gagné, Voix Gaspésienne
1937 voit Matane accéder au statut de ville. Après l'épisode de la Seconde Guerre mondiale, les marchands de Matane, s'inspirant du dynamisme ancestral des commerçants de Normandie et de Bretagne, intensifient leurs liens économiques et maritimes avec la côte nord du fleuve Saint-Laurent, pour finalement instituer en 1962 un service régulier de traversier pour les piétons et véhicules, puis en 1978, un traversier-rail.

Usine de transformation de crevettesPhoto d'archive: Gilles Gagné, Voix Gaspésienne
À l'aube de l'an 2000, Matane est devenue la capitale industrielle de l'est du Québec. C'est toujours en se tournant vers la mer que ses dirigeants, à l'affût de nouveaux marchés, préparent son avenir.

100e anniversaire de la revue Au pays de Matane: un événement historique!

La journaliste Johanne Fournier a publié ce texte dans Le Soleil, suite au 100e anniversaire de la revue Au Pays de Matane, en décembre 2015

JOHANNE FOURNIER 
Journaliste-photographe  
Correspondante 
 

Un 100e numéro pour la revue d'histoire Au pays de Matane 

MATANE – La Société d'histoire et de généalogie de Matane a lancé, le 3 décembre, le 100e numéro de sa revue Au pays de Matane. Ses 50 ans de parution ininterrompue en font la plus ancienne publication d'histoire régionale du Bas-Saint-Laurent.

Le premier numéro d'Au pays de Matane a été lancé en 1965, sous l'initiative de Robert Fournier, un optométriste de l'endroit, décédé en 2011 à l'âge de 93 ans. Il en a dirigé sans relâche les destinées pendant 30 ans. Dans le 100e numéro, sa fille, la cinéaste Johanne Fournier (qui n'est pas l'auteure de ces lignes), signe un texte touchant intitulé «Le legs de mon père». «S'il était là, il serait infiniment fier de tenir dans ses mains le 100e numéro de son plus tangible legs à la Matanie (…)», écrit-elle.

La responsable du comité des publications souligne que le Dr Fournier a produit les 60 premiers numéros de la revue. «Pour les milliers d'heures consacrées à la mémoire de Matane, merci d'ici-bas», lance France Bernier. C'est un total de 153 auteurs qui ont contribué à la revue d'histoire, dont le premier président de la Société, Charles-Édouard Vézina, qui en a signé plus de 60.

Guy Desrosiers est le seul témoin encore vivant des tout débuts de l'organisme et de la revue Au pays de Matane. Il était de la première réunion de fondation de la Société d'histoire et de généalogie de Matane, en décembre 1949. Les activités ont officiellement débuté l'année suivante.

Dès les 15 premiers numéros, M. Desrosiers publiera des articles sur l'histoire des seigneuries de Matane. «Je traduisais à partir des livres écrits par Mme Colburne qui vivait au Michigan, une descendante des Courberon de Rivière-du-Loup, se souvient l'homme de 88 ans, droit comme un chêne et à l'oeil vif, surtout quand il est question d'histoire. C'était des livres imprimés à la gélatine.»

Le photographe et ancien collaborateur du Soleil, Romain Pelletier, a profité de ce moment marquant pour présenter l'exposition «Matane, 35 ans plus tard» au Complexe culturel Joseph-Rouleau de Matane. Il a présenté, pendant trois jours, une collection de 30 photos de bâtiments de Matane. Juxtaposées deux par deux, l'une en noir et blanc et l'autre en couleur, ces œuvres illustrent les changements de 1980 à aujourd'hui. «C'est ça, la magie de la photo, indique M. Pelletier. Elle permet d'arrêter la marche inexorable du temps.»

Cliquez pour agrandir cette image

LÉGENDE:Jean-Guy Desjardins, Jean-Charles Bouffard et France Bernier du comité des publications, en compagnie du seul membre fondateur encore vivant de la Société d'histoire et de généalogie de Matane, Guy Desrosiers (à droite).

CRÉDIT:PHOTO JOHANNE FOURNIER

Livre souvenir : Matane en histoire et en images

Le pays de Matane

Ce livre souvenir relatant l’histoire de Matane, réalisé par les auteurs Perry Fournier, Andrée-Anne Côté, André Lavoie et Claude Otis, vous projettera dans son passé, mais vous donnera, peut-être, le goût d’entrer dans son histoire…

Matane en histoire et en images

Le 28 décembre 2012, Matane fête le 75e anniversaire de son érection au statut de ville, bien que ce territoire, jadis foulé par les pas des Amérindiens, se soit éveillé à la réalité européenne avec l’établissement de la seigneurie de Mathieu d’Amours au XVIIe siècle.

Matane en histoire et en images est un condensé d’histoire montrant les points les plus marquants ayant mené au portrait d’aujourd’hui. On y suit les épisodes du développement de la municipalité de paroisse puis de village, pour ensuite décrire l’évolution de la municipalité de Matane depuis l’obtention de son statut de ville en 1937.

Cette incursion dans l’histoire de Matane permet de découvrir des habitants courageux et besogneux au début de la colonisation, des familles toujours fières de leur patelin et résolument tournées vers l’avenir à y bâtir, des êtres d’exceptions qui ont contribué à façonner ce territoire devenu une ville au XXIe siècle.

Que chacun, originaire de Matane ou non, trouve en cette épopée matanaise l’exemple du succès dans l’effort, comme nous y invite la devise de la Ville. Honneur et gratitude aux bâtisseurs de la Matanie : « Le temps qui passe ne vous effacera pas de la mémoire », comme a si bien su le dire un certain Virgile au début de notre ère.

Aujourd’hui, les Matanais sont toujours aussi fiers, respectueux et portés vers l’entraide. Les nouvelles générations ont eu le respect de leurs prédécesseurs et ont assuré la continuité de leurs initiatives, tout en s’adaptant au goût du jour. Ainsi, aujourd’hui, Matane est la ville la plus attractive de l’Est-du-Québec!


 Points de vente

Photo ©